caravane GR 1241351353

Caravane Ruaudel (GR)

Au lendemain de la seconde guerre mondiale ; dans l’atelier de Georges Ruaudel charpentier situé à l’actuel 30 rue Principale à Saint Germain de Longue Chaume (Deux Sèvres), on occupe les hivers en fabriquant des roulottes, ainsi quelques roulottes seront réalisées pour des gens du voyage.

Ces mêmes années voient l’avènement de l’automobile qui se démocratise, et le développement conjoint du tourisme.

Les instituteurs qui voyagent beaucoup pour préparer leur année scolaire, font parfois appel aux services des menuisiers de leur commune pour leur fabriquer une roulotte qu’ils attellent derrière leur automobile.

C’est ainsi que l’instituteur Cornardeau se tourne tout naturellement vers Georges Ruaudel pour qu’il lui réalise une remorque de camping.

Aussi l’instituteur de St Germain sillonne t’il la France avec son auto et sa remorque. Il confronte ainsi son mode de villégiature en camping avec celui de ses confrères qu’il croise sur les terrains de camping du GCU. (Groupement des Campeurs Universitaires/filiale de la MAAIF elle même fondée à Niort en 1934). Parallèlement, la Mutuelle d’Assurance Automobile des Instituteurs de France (MAAIF) crée la Centrale d’Achat Mutualiste des adhérents de la MAAIF en 1947.(CAMIF)

129701422643 Caravane GR (Georges Ruaudel) début des années soixante                  Photo famille Ruaudel (1)

Ci dessus Caravane Ruaudel

La CAMIF dont le siège est à Niort est sensible aux arguments des instituteurs qui la composent et qui la font vivre, c’est pourquoi Monsieur Cornardeau se rapproche de la Camif qui propose bientôt les caravanes « made in saint Germain » à son catalogue, monsieur Cornardeau servant d’intermédiaire entre le constructeur et la Camif, le catalogue mentionnant que « la fabrication particulièrement soignée de ces remorques est placée sous la responsabilité de monsieur Cornardeau instituteur ».

Les commandes de plus en plus nombreuses venant de toute la France submergent bientôt l’atelier de Georges Ruaudel c’est pourquoi en 1952, on sollicite le jeune Camille Noirault époux de Paulette Gingreau , charron menuisier de formation et successeur de son beau père Paul Gingreau dont l’atelier était situé à l’actuel 1 rue du bas bourg..

Publicité Camif de la revue Plein Air et Culture 1962  129701485727 (1)

Publicité des caravane Camif fabriquées par les ateliers Noirault

Les caravanes Noirault se vendent bien, la finition bien soignée, la qualité des matériaux, font bientôt la réputation des caravanes Camif. Les remorques Ruaudel laissent ainsi la place aux remorques Noirault qui en 1963 sont les seules présentes au catalogue Camif. Camille Noirault commercialise aussi maintenant ses caravanes sous le nom de caravanes ONDIA : « les caravanes des gens de goût au goût.du jour »…… La Camif élargit sa gamme de caravanes proposées au catalogue en y faisant entrer la concurrence. Le partenariat Camif-Noirault aura tout de même duré plus de dix années.

Publicités des caravanes Noirault

D’autre part en avril 1963 un inventeur niortais (Albert Pillet) se tourne vers les constructeurs de ST Germain pour réaliser et vendre des caravanes pliantes. Camille Noirault trop occupé ne répond pas à la proposition d’Albert Pillet, mais Georges Ruaudel relève le défi et fabrique un des 5 modèles brevetés et proposé par Albert Pillet. En Juillet 1963 la presse locale (NR et CO)se fait l’écho de l’événement pour l’éclosion de la petite « Corolle »,  « cette petite caravane pliante et extensible qui s’ouvre et se tracte comme une fleur ». Mais Georges Ruaudel est agé de plus de 55 ans et il n’a plus la fougue de ses vingt ans pour conquérir un marché pourtant en pleine expansion. Il fabrique cependant quelques exemplaires de Corolles.

La corolle caravane pliante Brevet SGDG Albert Pillet

Albert Pillet plus jeune et plus ambitieux, trouvera un autre artisan, jeune père de cinq enfants qui développera un autre brevet SGDG A PILLET. ……..De la Corolle il n’est plus question ……la Fleurette lui emboîte le pas, pilotée par Jean Lucas à Benet (85)

La saga des caravanes ONDIA NOIRAULT se poursuit quant à elle, jusqu’à la fin des années 1970 ; se faisant un spécialiste des caravanes résidentielles particulièrement luxueuses et vendues aux forains

Avec un effectif de 17 personnes, c’est presque 200 caravanes qui sortent des ateliers Noirault chaque année. Mais en 1974, Camille Noirault pressent la fin de l’âge d’or des caravanes et monte un atelier de mécanique qui assurera la prospérité et la pérennité de l’entreprise familiale avec Jean Paul et Alain, les deux fils de la maison.

La belle histoire des caravanes de St Germain ne serait pas complète sans citer les réalisations d’André Morin, né à St Germain (entre l’atelier de Georges Ruaudel et l’atelier de Paul Gingreau). André est le fils de Robert Morin, ferblantier à St Germain, qui s’installe bientôt à Parthenay rue du sépulcre pour y carrosser des autos. Le jeune André apprend le métier aux côtés de son père. et réalise à l’âge de 18 ans en 1949 une magnifique traction à laquelle il attelle quelques années plus tard une caravane en aluminium dont les meubles servent d’ossature. Le jeune prodige ne s’arrêtera pas là puisqu’il fondera les sociétés ETALMOBIL et SOVAM (Société des Véhicules André Morin) à la sortie de Parthenay……. route de ST Germain.

Traction 1949 et caravane 1953 André Morin1236541454

La traction et la caravane d’André Morin

   Au milieu des années 1970 André Morin imagine un nouveau concept de véhicule de loisir tracté: Le Clip Car prendra ainsi naissance vers 1982-83….quelques exemplaires seront d’ailleurs fabriqués chez Lucas-Fleurette à Benet et certains exemplaires vendus par la Camif ………Mais c’est une autre histoire……

 

   On peut tout de même retenir que l’esprit fécond de quelques St Germinois, entourés d’une main d’œuvre compétente et courageuse à su donner à toute une commune et même à l’arrondissement de Parthenay, une richesse et un développement entraînant une notoriété qui dépassa largement les limites des Deux Sèvres et de la France 

Deux Sèvres Auto Mémoire